Formation

Questions-réponses

Publication : 22 mars 2016
Quelle formation choisir après la 3e ou après le bac pour s’orienter vers les métiers du commerce de gros ? Vaut-il mieux s’engager dans une formation commerciale ou choisir un cursus plus technique ? Tous les baccalauréats peuvent-ils préparer à ces métiers ?

Quelles formations pro après la 3e ?

« Pour s’orienter vers les métiers du commerce de gros, les jeunes qui souhaitent s’engager dans la voie professionnelle directement après la 3e ont le choix entre deux filières : commerciale ou logistique. En commerce, ils peuvent se diriger vers les bacs pro vente ou commerce en 3 ans. Ceux qui souhaitent effectuer des études plus courtes peuvent choisir le CAP employé de vente spécialisé produits alimentaires, par exemple, en 2 ans. La filière logistique offre aussi plusieurs possibilités : le bac pro logistique, les CAP agent d’entreposage et de messagerie ; conducteur routier et de marchandises ; livreur ; emballeur professionnel. Ces diplômes se préparent dans les lycées professionnels, sous statut scolaire, ou dans des CFA  en apprentissage. »

Solène Barrès,chef de projet emploi-formation à la CGI (Confédération du commerce de gros et international)

Quel bac choisir ?

« Tous les bacs peuvent mener au commerce de gros. Les bacs pro ont pour objectif une insertion professionnelle directe, en particulier dans le domaine du transport. Ils permettent également de poursuivre ses études, en particulier pour préparer un BTS, en 2 années après le bac. Les bacs généraux et technologiques permettent de poursuivre des études en BTS et d‘accéder rapidement à des métiers de technicien, de responsable d’atelier, de responsable qualité ou de technico-commercial. En passant par un BTS/DUT ou parfois directement après le bac, il est aussi possible de se diriger vers des études plus longues, en école de commerce ou d’ingénieurs. De nombreuses spécialisations techniques peuvent mener au métier d’ingénieur commercial. Cependant, le plus souvent, c’est dans chaque secteur d’activité que l’on se spécialise en fonction des produits vendus. »

Solène Barrès,chef de projet emploi-formation à la CGI (Confédération du commerce de gros et international)

Un bac + 2, la voie royale pour le commerce ?

« Les BTS commerciaux (technico-commercial ; négociation et relation client ; management des unités commerciales) sont les formations les plus recherchées par les entreprises du commerce de gros. Le DUT techniques de commercialisation permet aussi de s’insérer rapidement sur le marché de l’emploi. Le BTS technico-commercial apporte la double compétence technique et commerciale indispensable à la vente de produits et de services destinés à une clientèle professionnelle. Les débouchés de cette formation polyvalente sont importants, que ce soit pour des missions de vendeurs sédentaires ou itinérants. À terme, les diplômés peuvent accéder à des postes de manager, de responsable des achats, ou s’orienter vers d’autres fonctions transversales, comme chargé d’études, par exemple. »

Claire Moreau, enseignante-coordinatrice du BTS technico-commercial, lycée du Mont-Blanc-René-Dayve, à Passy (74)

À quoi mènent les formations techniques ?

« Les formations techniques visent à enseigner des savoir-faire en lien avec les procédés de fabrication, de maintenance et de gestion. Les métiers que vous pourrez exercer sont variés et dépendent du niveau de la formation suivie. Avec un bac pro, un jeune peut devenir technicien de maintenance ou vendeur spécialisé en équipement de génie climatique par exemple. Avec une licence pro, chargé d’études ou chargé d’affaires. Très souvent, on favorise une double compétence commerciale et technique dans les métiers du B to B, car il s’agit de bien connaître ses produits pour conseiller des clients professionnels. Autres métiers accessibles : vendeur en équipements de génie climatique, technicien de maintenance, technico-commercial sédentaire ou itinérant, chargé d’études, chargé d’affaires, ingénieur d’affaires. »

Aglantine Parjadis de Larivière, secrétaire générale de l’Afanem (Association de formation en alternance aux métiers du négoce et de la maintenance)

Quelles formations supérieures pour travailler dans la logistique ?

« Pour travailler dans la logistique, on peut s’orienter vers un BTS TPL (transport et prestations logistiques) ou un DUT GLT (gestion logistique et transport). Il existe aussi des licences professionnelles et des masters spécialisés. Le titulaire du BTS TPL organise et dirige des opérations de transport et des prestations logistiques sur les marchés locaux, nationaux et internationaux. Il est aussi capable de gérer la relation avec le client et de manager une équipe. Il peut commencer comme adjoint au responsable d‘entrepôt, adjoint au responsable des expéditions, chargé du SAV (service après-vente). Après une première expérience professionnelle, il peut espérer accéder à un poste de responsable de service clients/SAV/litiges, de responsable des expéditions, de responsable de dépôt, de responsable de quai, de responsable qualité. »

Mustapha Amad, enseignant en transport et logistique, lycée Gaston-Berger, à Lille (59)

 Poursuivre en licence pro pour quels métiers ?

« Nos licences professionnelles “commerce interentreprises” et “conception et management en éclairage” sont toutes les deux orientées vers le commerce B to B. La plupart des élèves viennent de DUT ou de BTS commerciaux ou techniques, mais nous acceptons aussi d’autres profils. Ces deux formations en apprentissage combinent études universitaires et préparation à un métier. Elles permettent de prendre des responsabilités au sein d’entreprises partenaires, et se déroulent sur un rythme de 15 jours en formation par mois au 1er semestre, et 1 semaine par mois au 2d semestre. Nous formons de futurs responsables d’agence dans des secteurs où l’on recrute (éclairage, négoce B to B, bâtiment…). Nos étudiants trouvent facilement du travail, parfois au sein des entreprises qui les ont pris en apprentissage. »

Pierre Morat, enseignant/consultant en marketing et communication à l'IAE-université Lyon 3

Viser un bac + 5 pour quelles perspectives ?

« Passer par l’université ou une grande école pour atteindre le niveau master permet de se donner un bagage plus solide, pour évoluer ou pour diriger une entreprise. Un master d’université vous conduit à une plus grande spécialisation, alors qu’un diplôme de grande école vous apporte plutôt la polyvalence et l’aptitude au management. Certaines écoles d’ingénieurs ou masters d’université vous donnent par exemple des connaissances dans la transformation des matières premières, alimentaires ou industrielles. Des connaissances parfois nécessaires pour comprendre les besoins des clients et être capable de les communiquer aux fournisseurs. »

Solène Barrès,chef de projet emploi-formation à la CGI (Confédération du commerce de gros et international)

Imprimer

Haut de page