Le secteur

Questions/Réponses

Publication : 22 mars 2016
Puisqu’il ne concerne que les entreprises, le commerce de gros ou commerce B to B (pour Business to Business) est souvent peu connu du grand public. Et pourtant, il s’agit d’un secteur très dynamique qui crée des emplois très divers en France ou à l’international. De surcroît, on peut y évoluer rapidement, à condition de s’y investir ! Avec, à la clé, des salaires plus élevés que dans le commerce B to C (pour Business to Consumer). Autant de bonnes raisons pour découvrir les métiers du commerce B to B !

Les salaires sont-ils motivants ?

Les salaires sont plus élevés que dans de nombreux autres secteurs d’activité. Ainsi, en moyenne, ceux-ci progressent chaque année de 3,4 %, soit deux fois plus que dans le commerce de détail. À titre d’exemple, un acheteur-vendeur à Rungis, comme Axel Vendassi, perçoit un bon salaire mais ne compte pas ses heures ! Même chose pour Sarah Azoulay, commerciale itinérante qui enchaîne de longues journées à la rencontre de ses clients, mais qui est intéressée financièrement à ses résultats de vente. Une vraie motivation pour se donner à fond !

Les métiers sont-ils intéressants ?

Être à l’écoute du client et répondre à ses besoins, c’est lui proposer des solutions personnalisées, innovantes, parfois complexes. Un gros travail d’élaboration est donc à mettre en place, ce qui rend l'emploi excitant et en perpétuel renouvellement. « On ne vend pas
que des produits, mais aussi du service », ont coutume de dire les intéressés. Les conseils techniques qu’ils sont capables de dispenser
font en effet toute la différence. Ce qui valorise fortement les métiers.

Quelles qualités exige la relation client ?

Les qualités humaines des salariés du commerce B to B sont primordiales. En effet, les clients professionnels sont naturellement exigeants dans la mesure où leur activité dépend beaucoup de leurs achats. Deux conditions pour les fidéliser : savoir écouter pour détecter et comprendre leurs attentes ; leur proposer des solutions adaptées à leurs besoins. Une grande réactivité doit être au rendez-vous, et ce, dans le calme et la bonne humeur. Ces métiers exigent donc une bonne dose de self-control !

Comment acquérir les compétences techniques ?

À partir d'un diplôme de base (bac professionnel ou BTS), la plupart des jeunes recrutés acquièrent ensuite les compétences techniques au sein de leur entreprise. Avec à la clé, la possibilité, par exemple, de passer de vendeur à technico-commercial. Grâce à des formations techniques ou commerciales adaptées, ils peuvent préparer certains diplômes ou obtenir des certificats professionnels et accéder ainsi à de nouvelles responsabilités.

Quelles sont les grandes filières d’activité ?

On distingue d’un côté la filière commerciale et, de l’autre, la logistique. Dans la première, les métiers sont très variés : vente sédentaire ou itinérante, achat et vente de biens et produits très divers… Dans la seconde, on trouve d’une part les fonctions purement logistiques (transport, manutention, stockage…) et, d’autre part, les activités techniques ou liées au contrôle qualité.

grande filiere

 

Un secteur qui recrute ?

Avec 100 000 postes à pourvoir chaque année, le commerce de gros est créateur d’emplois. En effet, dans pratiquement tous les secteurs d’activité, des professionnels s’adressent directement à d’autres professionnels pour se fournir en produits divers : alimentaires ou non alimentaires, biens d’équipement ou de consommation courante, etc. Le commerce de gros reste donc un acteur incontournable du monde économique.

Emplois : dans quels domaines ?

 

Domaines emplois

 

Quelles responsabilités pour les jeunes recrues ?

Même si elles commencent très souvent à des postes de premier niveau de qualification, les jeunes recrues peuvent rapidement évoluer si elles s’investissent dans leur métier. C’est le cas par exemple de Jean-Louis Salmon, ingénieur et commercial, qui, à 33 ans, occupe un poste à responsabilités en tant que directeur d’exploitation. David Restoin a lui aussi progressé rapidement : il est à présent chef d’agence à Paris après 9 ans de carrière. De son côté, Anthony Hernandez, planificateur de commandes à ses débuts, occupe un poste de responsable logistique à 29 ans seulement.

Quelle ambiance de travail dans les entreprises ?

Les femmes et les hommes qui travaillent par exemple dans la vente et l’achat de produits alimentaires à Rungis sont tous d’accord sur un point : Rungis est une grande famille ! Un cadre de travail convivial où la proximité est très grande entre vendeurs et clients. Même chose pour Jean-Claude Marmonier, qui gère un entrepôt de fruits et légumes près d’Avignon : ses relations avec ses fournisseurs, les agriculteurs de la région, sont presque devenues amicales…

Commerce de gros : quels types d'entreprises ?

 

Types d'entreprises

 

Les publications de l'Onisep

Les métiers du commerce de gros , collection Zoom sur les métiers
Les métiers du commerce de gros
* Prix hors frais de port
Imprimer

Haut de page